Montréal

Nouvelles

PLAINTE EN VERTU DE LA PROCÉDURE 1503

13-05-2010

 

Plainte en vertu de la procédure 1503 :

Violations Systématiques des Droits de L’homme Par Le Parti Communiste et La République Socialiste du Vietnam

 



Mouvement des Droits de l’homme et de la démocratie au Viêt Nam :

Porte parole:  Me Lam Chan Tho

500 Place d’Armes bur 2100 MTL QUÉ. Canada H2Y 2W2

 

Parti 13

5.6. Les violations contre les Eglises Protestantes

Les Eglises Protestantes Mennonite

 

Les Eglises Mennonite sur les Hauts Plateaux du Centre Vietnam se sont réunies en une Fédération de Communion des Protestants pour englober les 54 ethnies du Vietnam sous la direction du pasteur Nguyen Cong Chinh. Certaines Eglises Ménnonite ont fait la demande aux autorìtés locales pour être reconnues, mais dans certains endroits la déposition de demandes est refusée, dans d’autres elles n’ont aucune suite. La police a fait pression sur les différentes Eglises les obligeant de se retirer de la Fédération, mais elle a échoué.

Le pasteur Nguyen Cong Chinh

Depuis 1999, le pasteur Nguyen Cong Chinh s’est vu confisqué de son permis de résidence ainsi que ses papiers d’identité par la police pour la simple raison qu’il est allé prêcher la religion sur les Hauts Plateaux. Depuis que les autorités communistes de la province de Kontum a déma       ntelé la chapelle de l’Eglise Mennonite pour la seuxième fois le 16 janvier 2004 (400 autres chapelles sur les Hauts Plateaux ont été détruites à la même occasion), le pasteur et sa famille ont dû par 23 fois déménager. A chaque nouvelle location, la police les a chassés par des menaces. Il avait subi pas moins de 300 interrogatoires. Il ẻtait tabassé à 20 reprises. On lui a confisqué tous ses biens. Et il était 56 fois expulsé sa localité.

 

 

Le 24/09/2004, les autorités de la province de Kontum ont mobilisé les forces de l’ordre et de l’armée pour raser la chapelle Mennonite de Kontum et emporter tous les biens de l’Eglise.

 

Rien qu’en deux mois, du début de mai au début de juillet, le pasteur Nguyen Cong Chinh était convoqué au poste de police 60 fois. Chaque jours deux policiers sont venus l’amener de force. Les séances d’interrogatoire duraient toute la journée. Le soir il rentrait flanqué de ses deux policiers. Sa maison est constament gardée par 4 ou 6 policiers. Au cours des interrogatoires, on lui posait des questions sur :

–        Les communiqués de presse de la Fédération des Protestants des Ethnies du Vietnam (VPEF), accusant les autorités communistes vietnamiennes d’avoir violé les Droits de l’Homme et la liberté religieuse chez les adeptes protestants.

–        Les informations concernant les ethnies des Hauts Plateaux sont diffusées à l’étranger,

–        Le nombre des 350 prisonniers de conscience montagnards

–        Les 6 pasteurs montagnards arrêtés le 5 novembre 2007,

–        Le Bloc 8406 et ses membres actifs comme les avocats Nguyen Van Dai, Le Thi Cong Nhan, le RP Nguyen Van Loi, le professeur Nguyen Chinh Ket, le pasteur Nguyen Hong Quang etc…

–        La relation avec la diaspora vietnamienne et les journalistes étrangers comme Mme. Bao Khanh (Vietnam Sydney Radio), M. Do Hieu (RFA) et d’autres encore.

–        La réception des subvention des Vietnamiens d’outremer, spécialement du Bloc 1906 et du Bloc 1706 etc…

Penđant les séances d’interrogatoire, il devait répondre aux 10 policiers qui le harcelaient de questions. Ces policiers étaient de l’échelon de la province, de la ville ou du Ministère de la Police. Malgré leur appartenance à des échelons élevés, ils avaient en commun une même méthode qui consistait en des menaces et des insultes portant atteinte à la dignité du pasteur. Devant une telle situation, le pasteur ne peut que garder le silence et prier.

 

Le pasteur Nguyen Cong Chinh après une séance d’interrogatoire par la police le 12/07/2008

 

Les policiers qui ont interrogé le pasteur étaient :

1. Le lieutenant-colonel Do Van Tien, chef-adjoint du bureau P38 de la province de Gia Lai, signataire de plusieurs ordres d’arrestation des pasteurs et fidèles protestants de Gia Lai (téléphone portable : 0938-264-079, téléphone de son bureau : 059-869-139).

2. Le lieutenant-colonel Nguyen Truong Chinh, chef-adjoint du bureau d’investigation de la police de Gia Lai.

3. Le lieutenant-colonel Tran Sau, chef de la sécurité de la ville de Pleiku.

4.Le commandant Tran Son Dai Huynh, chef de la section PA38, du groupe du colonel Ralanlâm

5. Le capitaine Le Cong Thanh, sous-chef de la section PA38, du groupe du colonel Ralanlâm qui est actuellement les sous-directeur de la police de la province de Gia Lai, chargé de sécurité. Le 05/09/2006, Ralanlâm a battu cruellement le pasteur Nguyen Cong Chinh. Il a donné des ordres à ses subordonnés de maltraiter le pasteur sous toutes les formes : harcèlement, isolement, menaces…

6. Le capitaine Nguyen Thi Lien, policière de sécurité PA38, du groupe de Ralanlâm.

7. Le capitaine Phan Thanh Son, enquêteur de Gia lai, du groupe de Ralanlâm.

Le lieutenant Qui (dit Qui Den) policier de sécurité de la ville de Pleiku, du groupe de Ralanlâm.

9. Le lieutenant Thanh (dit Thanh Map), policier de sécurité PA38, du groupe de Ralanlâm.

10. Le lieutenant Nguyen Trong Hoa, policier du quartier de Hoa Lu

11. Le sous-lieutenant Cuong (dit Cuong Map), policier de sécurité PA38, du groupe de Ralanlâm.

12. Le sous-lieutenant A-Mon, policier de sécurité PA38, du groupe de Ralanlâm.

En outre, il y avait tous les jours 3 agents de la Sécurité venus du Ministère de la Police pour superviser les interrogatoires.