Montréal

Nouvelles

JAN LISIECKI EN CONCERT À MONTRÉAL

06-05-2010

JAN LISIECKI, LE JEUNE PRODIGE DE CALGARY, EN CONCERT À MONTRÉAL AVEC L’ORCHESTRE DE CHAMBRE MCGILL

 

 

 

par Nadine Arslanian

 


 

 

Une belle soirée au théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, organisée avec la collaboration du consulat de Pologne à Montréal  puisque le 3 mai avait été choisi pour commémorer la date de la constitution polonaise. Le consul général de Pologne à Montréal, Monsieur Tadeusz Zylinski, était présent ainsi que de nombreuses personnes appartenant à la communauté polonaise. Devant une salle comble, une minute de silence a d’abord été observée en hommage aux victimes de la tragédie aérienne récente alors que l’orchestre jouait l’Air de la suite no 3 de J.S.Bach, dans une atmosphère chargée d’émotion. Le concert s’est poursuivi par une œuvre de Mozart, l’Adagio et fugue en ut mineur, interprété avec talent par l’orchestre de Chambre de McGill, dirigé par Boris Brott .

Tout le monde attendait le jeune pianiste prodige, Jan Lisiecki, et son arrivée sur la scène souleva l’enthousiasme du public. Un vrai «petit prince», mince et élancé, souriant sous un casque de cheveux blonds. Il s’installe avec beaucoup d’élégance et attend avec un calme apparent impressionnant. Et là, l’enchantement commence : les doigts de l’artiste courent et volent sur le touches, tantôt avec fougue, tantôt avec délicatesse. L’interprétation des concertos pour piano et orchestre no1 et no2 de F. Chopin révèle un talent et une maturité surprenants de la part de ce jeune homme d’à peine 15 ans. Aussi étonnant que cela paraisse, il a déjà, à son âge, tout une expérience que je découvre en lisant le livret consacré à la soirée :

«Jean Milosz Lisiecki est né à Calgary en 1995, de parents d’origine polonaise. Dès ses cinq ans, il commençait sa formation pianistique au Conservatoire de Mount Royal University dans la même ville. Son jeune âge n’a pas empêché notre soliste invité d’acquérir une éclatante renommée à travers le monde comme ici au Canada. Déjà à neuf ans, il faisait ses débuts avec orchestre et depuis, il a donné un grand nombre de concerts et récitals à Ottawa, Montréal, Québec, Minneapolis, New York, Cracovie, Varsovie, partageant souvent l’affiche avec des grands maîtres comme Yo-Yo Ma, Pinchas Zukerman, James Ehnes, Emanuel Ax. Le 1er janvier 2010, il eut l’immense honneur d’inaugurer l’Année mondiale Chopin, en récital solo à Zelazowa Wola, ville natale du grand compositeur, À ce jour, cette année seulement, il a triomphé à Cracovie, Montréal, Calgary, Ottawa, Cannes, Paris, Wroclaw, Aspen, Munich, Banff, Palm Spring, Nice, Hyères… et son calendrier le mènera aux Etats-Unis, en Amérique centrale , en Pologne et au Japon avant la fin décembre! »

Jan Lisiecki  a déjà accumulé plusieurs prix prestigieux. C’est ainsi qu’il a été lauréat du concours OSM Standard Life 2009; il a remporté en juin 2008 le grand prix du concours de musique du Canada suivi en août de la même année par le grand prix du  Festival de musique du Canada. Il a également brillé dans des compétitions internationales que ce soit aux Etats-Unis, en Italie, en Grande Bretagne ou au Japon.

Cette réussite exceptionnelle m’amène à  penser à la somme de travail et de tension nerveuse que cela doit entraîner inévitablement dans la vie d’un jeune enfant puis d’un jeune adolescent.  Mon cœur de mère s’en émeut évidemment et me pousse à  faire quelques recherches : j’apprends ainsi avec joie que Jan Lisiecki est tout le contraire du prodige «sous cloche de verre », coupé du monde, se refusant – ou se voyant refuser… – les plaisirs des adolescents de son âge sous prétexte de dons hors du commun. Avant un concert, il se détend volontiers avec une petite balade… en skateboard !. Il paraît qu’il réussit, par dessus le marché,  brillamment ses études et va bientôt passer son bac .  D’ailleurs, ce bonheur de jouer, cette aisance sautent aux yeux à la fin du concert, quand, ovationné, il accepte de revenir  pour interpréter à  la plus grande joie de l’assistance une valse puis une étude de Chopin.

«La musique, c’est ma vie» dit-il. J’en suis convaincue et  je suis très heureuse d’avoir eu la chance de découvrir cet interprète, déjà si talentueux à l’aube de sa vie d’artiste.

===============================

=============

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo prise à la fin du concert: Le jeune artiste reçoit  les applaudissements enthousiastes du public et de l’orchestre.