Montréal

Nouvelles

Santé Canada publie une liste de signes et de symptômes à surveiller

25-03-2021

Envoyé par Christian Martin

 Santé Canada publie une liste de signes et de symptômes à surveiller

Jétais sur le point de lancer mon courriel du 21 mars 2021 tel que relaté en fonction des différents données collectées et,

publiées sur le web voir à partir de quote ci-dessous citées quand mon attention fut attirée par

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1779807/astrazeneca-vaccin-symptomes-sante-canada-securite-covid

Quand j’ai cliqué sur ce lien, voici la réponse obtenue

« Votre navigateur ne rencontre pas les exigences minimales requises sur ICI.radio-canada.ca »

J’ai donc contourné  ce problème en passant par google voir ci-dessous l’info

AstraZeneca : Santé Canada publie une liste de signes et de …ici.radio-canada.ca › 1779807 › astra…

11 hours ago — ICI Radio-Canada Info … Une seringue et un flacon du vaccin d’AstraZeneca contre la COVID-19 …

Santé Canada donne de nouvelles directives aux professionnels de la santé qui administrent le vaccin …

Parmi les autres signes et symptômes à surveiller, il y a l’apparition de contusions ailleurs qu’au…..

La Presse canadienne

a Publié hier le 24 mars à 21 h 50

 

EXTRAITS

« Santé Canada donne de nouvelles directives aux professionnels de la santé qui administrent le vaccin contre la COVID-19 d’AstraZeneca et sa version Covishield fabriquée en Inde.

Dans un communiqué diffusé en soirée mercredi, Santé Canada soutient avoir de nouveaux renseignements à communiquer après l’analyse de l’étude détaillée de

très rares cas de caillots sanguins associés à un faible taux de plaquettes sanguines [thrombocytopénie] à la suite de l’administration du vaccin d’AstraZeneca.

Même si ces cas sont rares, il faut dorénavant aviser les personnes ayant reçu ce vaccin d’être à l’affût de certains signes et symptômes qui nécessitent des soins médicaux immédiats.

On parle notamment d’essoufflement, de douleur à la poitrine, d’enflure aux jambes et de douleur abdominale persistante à la suite de la vaccination.

Toute personne ayant des symptômes neurologiques, comme l’apparition soudaine de maux de têtes graves ou une vision trouble survenant plusieurs jours après la vaccination,

doit aussi obtenir des soins médicaux sans tarder.

Parmi les autres signes et symptômes à surveiller, il y a l’apparition de contusions ailleurs qu’au point d’injection et la formation de petits points rouges quelques jours après la vaccination.

Santé Canada a travaillé avec les fabricants des vaccins d’AstraZeneca contre la COVID-19 et Covishield pour mettre à jour les monographies de ces produits

afin d’inclure ces nouveaux renseignements sur l’innocuité, précise le communiqué.

Le ministère fédéral de la Santé assure toutefois que le vaccin d’AstraZeneca continue d’être sûr et efficace pour protéger les Canadiens contre la COVID-19. »

quote

Subject:

Aujourd’ui des centaines de Québécois refusent le Vaccin Astra-Zeneca

Date:

Sun, 21 Mar 2021 10:54:34 -0400

From:

Christian Martin



Suite à la polémique des nombreux pays qui ont suspendu l’utilisation du vaccin AstraZeneca

https://www.ledevoir.com/monde/europe/596943/au-tour-de-la-france-l-allemagne-et-l-italie-de-suspendre-l-utilisation-du-vaccin-astrazeneca

Aujourd’ui des centaines de Québécois refusent le Vaccin Astra-Zeneca

Dans les centres de vaccination, le patient ne peut pas choisir son vaccin, précise un porte-parole du ministère. « À moins d’une contre-indication médicale du patient pour certains vaccins, le vaccinateur utilisera le vaccin disponible. »

https://www.ledevoir.com/societe/sante/596947/des-centaines-de-quebecois-refusent-le-vaccin-d-astrazeneca

Par contre, il demeure nécessaire de connaître maintenant la décision des gouvernements des quinze pays

suite à l’autorisation conditionnelle dictée par (AEM) L’Agence Européenne des médicaments, à la Commission Européenne.

Les Gouvernements respectifs des quinze ne semblent pas s’être à ce jour prononcés officiellement à cet égard, exception faite de la France qui reprend la Vaccination.

Il est facile de dire que les bénéfices sont supérieurs aux risques et conclure seulement sur les bienfaits. Peut-on ignorer, les effets secondaires souvent qualifiés d’indésirables?

  • En effet, cette maxime Bénéfices /Risques est peut-être valable tant sur le plan finance qu’à propos des biens immatériels ou  matériels  qui peuvent se dégrader au fil du temps mais il s’agit là, aujourd’hui du cas des vaccins, mis en cause; D’effets secondaires sur l’Homme qui peuvent entrainer des séquelles ou plus gravement la mort signalée en Autriche, en Norvège; Voir lien//

    https://www.journaldemontreal.com/2021/03/15/norvege-mort-dune-soignante-vaccinee-avec-astrazeneca« Nous ne pouvons ni exclure ni confirmer que cela a quelque chose à voir avec le vaccin », a déclaré un  responsable de l’Agence norvégienne des médicaments, Steinar Madsen, lors d’une conférence de presse.

  • Dire avec frivolité toutefois, que le pourcentage de mortalité est minime, c’est vraiment un manque de sérieux et prendre en otage le peuple qui depuis cette pandémie vit dans « la peur d’avoir peur ». Cette politique de lois et/ou règles liberticides conduisent inévitablement à la peur, un moteur de contrôle politico-social employé pour encadrer et casser les opposants.

J’écoutais, tout récemment un You Tube, du Professeur Didier Raoul qui confirmait;

qu’il y a une quantité de molécules dont l’efficacité in vitro est  observable « Il faut arrêter de croire au père Noël et à la molécule qui va sortir »

https://youtu.be/MA5NqAbqPlk

Il faudrait donc  mieux se concentrer sur les molécules et les médicaments  que nous connaissons bien et des molécules anciennes bien connues ainsi que leurs dosages et qui ont été utilisées pendant des décennies.

Je voudrais rappeler personnellement,qu’aujourd’hui la chloroquine est maintenant dite toxique et interdite, alors qu’il y a quelques mois, elle était encore en vente libre en France

  • Se fixer essentiellement  sur le ou les vaccins, alors qu’il faut prodiguer des soins aux contaminés. Il est peut-être encore plus qu’urgent de traiter les patients dans l’état actuel de la pandémie.

  • Soigner, traiter les malades dès les premiers symptômes  est à la fois une priorité et une limitation automatique à la pandémie.

  • Par contre, ne pas soigner les malades récemment contaminés demeure une faute professionnelle grave, le Doliprane n’est pas un passe-partout ! La quinine était connue depuis Louis XIV.