Montréal

Nouvelles

Antidote des décrêts toxiques à propos de la Chloroquine». (Article 3)

13-05-2020

En se référant à mes commentaires articles ci-dessus no1  & 2, voici bien à propos un lien qui confirme mes propos en cet article no 3 ci dessous:

Par Chrisian Martin

https://iatranshumanisme.com/2020/04/29/hydroxychloroquine-classee-therapie-la-plus-efficace-par-les-medecins-pour-le-coronavirus-enquete-mondiale/?amp  et,

appuyé par le you tube: https://youtu.be/nGPaQsh_rVM  «COVID19 : Quelles leçons doit-on tirer de l’épidémie ? Dr Raoult ( 12 05 20200» 

En conséquence voici un «update» de mon  article no 2 précédent:

Il faut sauver la Face de ces gouvernements..? Québec …France par le «Consentement éclairé des patients, un antidote des décrêts toxiques à propos de la Chloroquine». (Article no 3 )

  

Il faut réaliser que les bénévoles afin de subir de leur plein gré un nouveau traitement signent un consentement (voir bas de page) en toute connaissance de cause mais aussi qui plus est sur le plan légal, une renonciation de leurs droits de recours à la fois en la matière du traitement mais encore tel que je le cite ici à partir de l’acte de renonciation total,soit:« En mon nom personnel et en celui de mes héritiers, de mes exécuteurs testamentaires et de mes administrateurs, je dégage de toute responsabilité Crohn et Colite Canada et tout autre commanditaire ou organisme participant à l’égard de toute réclamation ou obligation que moi, mes héritiers, mes exécuteurs testamentaires et mes administrateurs pourrions faire valoir contre eux, pour tout décès, toute blessure ou tout dommage de quelque nature que ce soit, peu importe la cause. Cela comprend toute réclamation ou obligation faisant suite à des actes négligents commis par Crohn et Colite Canada, ses mandataires ou ses employés ou encore par toute personne présente sur place et étant liés à ma participation à titre de bénévole ou étant survenus au cours d’une telle participation, étant entendu que j’ai accepté cette dernière de mon plein gré. »https://crohnetcolite.ca/Soyez-benevole/Soyez-benevole-avec-nous/Formulaire-d-inscription-des-benevoles Force est de constater que ces appels à des bénévoles pour tester des médicaments sont courants et aujourd’hui peuvent avoir valeur de jurisprudence.

C’est là! Où se trouve mon point de vue, à savoir  que:

  1. Dans le cas où les Médecins généralistes estiment devoir traiter leurs patients à la chloroquine plus antibiotique, qu’ils soient en mesure de le faire tel que leur confére leur profession.
  2. A cet effet, ils pourraient aussi bien en France qu’au Québec s’unir pour faire valoir ce que de droit, en fait, je reitère: Ce que la profession et le droit légal, leurs attribuent pleinement. soit;
  • a)Traiter leurs patients en toute conscience et en toute confidentialité, et
  • b)Soutenir les patients dans leurs droits d’accepter le traitement sans réserve en signant une décharge.

Ce respect des droits, Patients/médecins est une nécessité et une solution administrative qui se trouve  déjà dans le consentement éclairé ou renonciation des droits, à faire signer par le patient, et ce, par les médecins généralistes eux-mêmes, en compensation, toutefois, je devrais dire, plutôt en antidote, des décrets inacceptables et injustifiés contre l’utilisation de la chloroquine, tel que je l’ai décrit dans mon précédent article ci-dessous.

Les avocats pourraient-ils constituer un collectif du droit à la fois des patients et des médecins afin de contrecarrer l’abus du pouvoir exercer contre les médecins et le droit des patients à se faire soigner de leur plein gré, par la Chloroquine associée à un antibiotique, dès les premiers symptômes du Covid-19? Là est donc la question! La renonciation signée du bénévole tel que dit plus haut, n’est-elle pas la faille de jurisprudence ? Qui ouvre la porte à la Chloroquine, du moins je le pense, et ce jusqu’à preuve du contraire.