Montréal

Nouvelles

A nous Abbé SUGER, ce renvoi nous fait Peur.

07-04-2018

A nous Abbé SUGER, ce renvoi nous fait Peur.

 

Une Vague d’Expulsions qui fait déjà des Vagues :

 

« Il eût mieux valu le Renvoi des Français… » Regrettent déjà les Italiens.

 

Éric EG Nogard

Chroniqueur.

***     ***     ***

 

A nous Abbé SUGER, ce renvoi nous fait Peur.

F1 : A nous !…Abbé.

Dire que nous doutons si peu que ce soit du Président Vladimir POUTINE en ce qu’il entreprend serait grossier.

Le Président POUTINE justifiant à nos yeux de l’adage bien connu et auquel trop  souvent on passe outre inconsidérément.

« Mieux vaut un adversaire intelligent qu’un ignorant ami ».

Monsieur POUTINE a selon nous toutes les qualités, toutes les ressources que réclament les Charges et les obligations qui sont les siennes, et il est certainement davantage Pro-Européen que ne le croit l’Europe.

 

 

F2 : Davantage Pro-Européen

Que ne le croit l’Europe.

Cependant, est-ce lâcheté ou manque de confiance que d’avoir peur dans la traversée d’un Champ de Mines.

Nous ne sommes pas lâches, cependant, nous avons peur.

C’est pourquoi nous invoquons SUGER (1880-1151), Abbé de Saint Denis, qui s’opposa tant qu’il put au renvoi de son Premier Lit d’Aliénor d’Aquitaine… et la Guerre de Cent Ans vint nous dire pourquoi.

 

F3 : La Pomme de Discorde ?

Venons-en à l’objet de nos préoccupations, le renvoi collectif des Diplomates Russes et la Loi du Talion qui en est résultée tant à l’encontre de l’Angleterre qu’aux dépens des États qui lui ont apporté leur soutien dans l’Affaire d’Empoisonnement d’Espions en territoire Anglais.

 

F4 : Jet de la Première Pierre ?

Œil pour Œil et dent pour dent envers « celui par qui est jetée la Première Pierre »… cela se conçoit, on peut aisément le concevoir.

Œil pour Œil et dent pour dent à l’encontre de tous ceux qui lui ont témoigné leur Solidarité… il convient d’y regarder à deux fois plutôt qu’une.

F5 : En raison de quels Liens ?

·        Le Common-Wealth Britannique n’avait-il pas prévu cette Solidarité inconditionnelle entre ses Partenaires… et l’Australie, le Canada ne s’y seraient-ils pas soumis pour n’être pas Félons envers la Grande-Bretagne.

Dès-lors, mériteraient-ils de subir le Talion dans toute sa Rigueur.

La Russie – quelque part – ne se trouverait-elle pas engagée à considérer ces cas particuliers.

·        Le Royaume-Uni et les USA, depuis la Guerre d’Indépendance, n’auraient-ils pas toujours entretenu des Relations viscérales telles que seuls les Jumeaux peuvent les développer.

A contrecœur ou pas, que pouvaient les USA devant la détermination légitime ou non de Madame Theresa MAY.

La Russie – quelque part – devrait en tenir compte.

 

F6 : Une Probabilité serait-elle une Preuve.

Une explication – si plausible soit-elle – aurait-elle valeur de Vérité Absolue.

·        Quant aux autres, ces envenimeurs de situation, sous Mille et un Prétextes cachant une inavouable Raison…

Le Temps ne tardera pas à nous dire Who was Right and Who was Wrong.

Nous en sommes aux hypothèses, aux suppositions, pas encore aux preuves positives et certaines.

Fouillons donc et bêchons comme nous l’eût suggéré le bon vieux Paysan à ses Enfants, selon le Fabuliste.

F7 : Fouillez mieux, bêchez encore, ne laissez nulle place…

Eût dit le Paysan à ses Enfants.

Donc,

Le Royaume-Uni, le Common-wealth Britannique, les USA et les autres.

Méritent-ils également les Rigueurs du Talion qui réclame un Œil pour Œil de perdu, une Dent pour Dent d’ébréchée.

F8 : A chacun selon ses mérites et ses torts !..

Et d’ailleurs, et par-dessus tout.

Un Règlement de Compte  comportant moins de risques, eu égard au Contexte plus explosif que jamais… serait-il à ce point hors de portée de ceux qui nous dirigent.

N’est-il pas temps d’y penser… ne le devrions-nous pas.

Ou faute de le pouvoir, ne devrions-nous pas recourir à l’esprit conciliateur du vieil Abbé SUGER dans ce renvoi à tout-va qui nous fait peur, des Diplomates de tous ces Camps pourtant si proches les Uns des Autres et en besoin d’Union.

Voulons-nous d’une Nouvelle Guerre de Cent Ans, quand l’Arme Nucléaire ne nous le permettrait pas.

Éric EG Nogard

Chroniqueur.

 

***     ***     ***

 

Ne Peut être reproduit – même partiellement -  sans l’autorisation de l’Auteur.

 

***     ***     ***

Nota : Nous ne traitons que de Faits et de Noms rendus Publics.

 

***     ***     ***

Liens Suggérés :