Montréal

Nouvelles

Bravo! Bravo, à Monsieur Mario Dumont!

19-01-2022

Bravo! Bravo, à Monsieur Mario Dumont!

par Christian Martin

J’ai toujours eu du respect pour vos déclarations qui relèvent du gros bon sens qu’elles soient reliées à l’actualité du jour ou en réponse à des politiciens qui comme aujourd’hui sont incapables de voir la réalité en face et de prendre des mesures sinon de copier les politiques liberticides de la France.

Vous êtes conscient d’une situation qui se dégrade de jour en jour et vos commentaires dans le journal de Montréal le révèlent bien https://www.journaldemontreal.com/2022/01/19/notre-systeme-de-sante-menace-notre-economie

Toutefois, je voudrais y ajouter quelques éléments de mes constats personnels qui m’incitent à vous féliciter et vous confier mes réflexions.

Une politique « en bon père de famille » maintenant mise en cause

  1. Ce n’est pas le gouvernement actuel qui gouverne mais la « peur d’avoir peur » qui dicte la conduite du citoyen. Effectivement, en observant attentivement toutes les mesures restrictives durant cette pandémie qui étaient obligataires ou qui le sont actuellement, vont systématiquement à l’encontre des droits du citoyen avec comme prétexte sous-jacent le contrôle du virus/pandémie.

  2. https://fr.sputniknews.com/20200401/un-bon-pere-de-famille-au-quebec-le-covid-19-propulse-le-premier-ministre-legault–1043450356.html

C’est par le contrôle du citoyen que ce gouvernement dirige ses actions restrictives cherchant à mettre l’accent sur l’urgence de la situation tout en présentant une gestion qualifiée de « Bon père de famille »

  1. Toutefois, https://www.lapresse.ca/debats/opinions/2022-01-05/il-est-temps-de-convoquer-un-conseil-de-famille.php# (19 janv 2022) extraits « Les récentes annonces du trio santé [formé du Dr Horacio Arruda, de François Legault et de Christian Dubé] ont visiblement marqué un point de rupture dans la population », écrit l’auteur. »

« Cette approche rassurante de présenter des consignes claires et simples a rassuré les Québécois, qui faisaient face à beaucoup d’inconnues au tout début de l’année 2020. Mais les choses ont changé. Les Québécois ont beaucoup appris sur le coronavirus. Et un peu comme ces adolescents qui grandissent tout en étant mieux scolarisés et ouverts sur le monde, ils se mettent désormais à remettre en question l’autorité parentale au sein de la famille….et en conclusion de l’article… «  Au lieu de porter ce lourd fardeau sur ses épaules, le gouvernement serait avisé d’entamer une discussion franche avec les Québécois. Il pourrait être agréablement surpris de la maturité collective de la majorité de la population. »

Un constat réaliste d’échec de cette gestion qui est occulté au profit de la pandémie

https://www.journaldemontreal.com/2022/01/19/notre-systeme-de-sante-menace-notre-economie du 19 janvier 2022,, extraits

« La pandémie a fait ressortir davantage les faiblesses de notre système de soins. Le délestage représente le prix que payent les patients pour cette fragilité. Déjà, avant la pandémie, c’est par milliers que les patients se retrouvaient en attente pour des chirurgies. Et à certaines époques, une forte proportion dépassait les délais médicalement recommandés…

L’impression, à ce jour, c’est que notre système de santé pourrait difficilement gérer cette pression sans passer en mode péril. D’ailleurs, le mois de janvier provoquait une crise à peu près chaque année dans les urgences du Québec depuis belle lurette. Même avant la fuite du personnel des deux dernières années.»

Voilà que le gouvernement parle d’une taxation pour les non vaccinés. Et qu’en est-il du tabac ?

Le Tabac: Une question de santé publique et/ou de pognon?

Une imposition à l’achat des produits à fumer et non sur les coûts de la santé. N’est-ce pas!

https://info-tabac.ca/des-taxes-qui-sauvent-des-vies/#:~:text=Aujourd’hui%2C%20le%20Qu%C3%A9bec%20impose,

%C3%A0%2080%20%25%20de%20leurs%20prix .

« Si la juste taxation du tabac est si cruciale, c’est parce qu’elle touche à la fois aux finances et à la santé publique. En effet, hausser le prix du tabac est le meilleur moyen d’en réduire la consommation. Ainsi, selon l’OMS, augmenter de 10 % le prix de vente des produits du tabac fait chuter de 4 % à 8 % le nombre de fumeurs…

Sans compter que récolter des taxes sur le tabac est le meilleur moyen de payer pour ses dégâts. À l’heure actuelle, au contraire, le tabac coûte plus à l’État que ce qu’il lui rapporte. Au Québec, par exemple, les taxes sur le tabac ont rapporté environ 700 millions $ au gouvernement en 2002; la même année, le tabac a coûté plus d’un milliard $ en frais de santé directs, rapporte la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac (CQCT). La situation ne s’est pas améliorée depuis. En 2011-2012, les taxes sur le tabac ont totalisé un peu plus de 850 millions $, alors que les coûts des soins de santé n’ont certainement pas diminué. »

https://cancer.ca/fr/cancer-information/cancer-types/lung/statistics#:~:text=29%20600%20Canadiens%20recevront%20un

,d%C3%A9c%C3%A8s%20par%20cancer%20en%202021%3B&text=

en%20moyenne%2C%20chaque%20jour%2C%2058,d’un%20cancer%20du%20poumon.

29 600 Canadiens recevront un diagnostic de cancer du poumon, ce qui représente 13 % de tous les nouveaux cas de cancer en 2021; 21 000 Canadiens mourront d’un cancer du poumon, ce qui représente 25 % de tous les décès par cancer en 2021; … en moyenne, chaque jour, 58 Canadiens mourront d’un cancer du poumon. Incidence et mortalité.

N’est- il pas suffisamment évident que le cancer dû au tabagisme représentent malgré les taxes sur le tabac un coût faramineux « Le cancer est une des principales causes de décès au Québec et engendre des coûts économiques estimés à 3,3 milliards $ en 2017 » voir lien ci-dessous

file:///C:/Users/CHRIST~1/AppData/Local/Temp/Q-CROC_Benefices-economiques_final_V2.2019-12-02pdf-1.pdf

A noter qu’avec le COVID19, depuis la pandémie, sur deux ans, le Canada a comptabilisé 31 863 décès y compris le Québec pour 12 364.A bien comparer avec les 29 600 canadiens sur un an

Le virus covid 19 Une taxe santé discriminatoire : LImposition des non -vaccinés sur leurs revenus

Des médecins disent non à l’imposition d’une contribution financière aux non-vaccinés

https://www.journaldemontreal.com/2022/01/12/des-medecins-disent-non-a-limposition-dune-contribution-financiere-aux-non-vaccines du 19 janv 2022

« Enfin, quelles que soient les raisons qui sous-tendent le refus vaccinal d’une petite partie de la population, et qu’importe que nous tenions pour justes ou non ces raisons, nous croyons que de lui imposer un fardeau financier comme mesure punitive est discriminatoire, injuste, et créerait un précédent périlleux.

La solution de la crise actuelle n’est pas une taxation supplémentaire d’un sous-groupe de la population, mais une réforme approfondie de notre système de santé et une valorisation des services publics. Nous rappelons au gouvernement que la lutte contre la pandémie est contre un virus et non contre certains de nos concitoyens, et que, devant ce virus, nous ne sommes pas tous égaux. » (Dre Camille Pelletier Vernooy et le conseil d’administration de MQRP)

Si les taxes sur le tabac n’ont pas réussi à suffire à couvrir les frais de santé reliés au cancer du poumon, ce n’est pas avec une imposition COVID que le Gouvernement va réussir à éliminer le virus. Il compte simplement ajouter une mesure punitive pour les non vaccinés à défaut de les convaincre. Une mesure d’ailleurs jugée inconstitutionnelle.

Pourtant si l’on se base sur les faits observables, les vaccinés contaminent, les vaccinés font le Covid. On nous dit que le vaccin protège des formes graves mais des vaccinés meurent. Alors on nous explique que c’est parce qu’ils étaient atteints de maladies autres. Pourquoi en serait-il autrement pour les non vaccinés. D’ailleurs certains journalistes commencent à s’interroger : Devrait-on faire une distinction entre les patients AVEC Covid, c’est-à-dire testés positifs mais asymptomatiques et qui se présentent pour une autre pathologie, et les patients hospitalisés POUR la Covid ?

De plus, la liste des effets secondaires graves de la vaccination COVID et des cas connus dans notre environnement immédiat s’allonge et personne n’en parle dans les media. De quoi se poser des questions.???