Montréal

Nouvelles

« moïku »

19-03-2019

« moïku »

par Serge H.Moise

Nous sommes tous en pleine confusion

Face au piteux état de nos institutions

Qui s’engloutissent dans la corruption

Au grand dam de toute la population

—–

Nous devons arrêter de broyer du noir

En ce qui concerne notre beau terroir

Mais cultiver beaucoup plus d’espoir

S’il est vrai que vouloir c’est pouvoir

                                         SHM av.

« moïku »

Quand l’incompétence et la mauvaise foi vont de paire

Les institutions se retrouveront dans un état grabataire

Le laxisme et la corruption amplifieront certes la misère

De toute la population qui ne pourra pas se laisser faire

                                                                       SHM av.

« moïku »

Quand il y a du soleil dans ton cœur

Il fera vraiment beau partout ailleurs

N’oublie pas de chérir ton âme sœur

Afin de perpétuer ce parfait bonheur

                                          SHM av.

« moïku »

Observons ceux-là qui prêchent l’unité

Ils sont eux-mêmes trop souvent divisés

C’est le grand problème de ces colonisés

Qui ne questionnent jamais leur mentalité

                                                   SHM av.

« moïku »

Lorsque la médiocrité est au pouvoir

On ne peut hélas que broyer du noir

Mais il ne faudrait pas perdre espoir

Car notre population fera son devoir

                                       SHM av.

« moïku »

La réserve la pudeur la honte et la gêne

N’existent point chez les énergumènes

Qui ne reculent face à aucune aubaine

L’essentiel est de remplir leur bedaine

                                           SHM av

« moïku »

Quelle que puisse être l’ampleur des problèmes

Qui pourrait te donner un air tellement blême

Cultive toujours ce beau pouvoir suprême

Qui s’appelle ta confiance en toi-même

                                          SHM av

« moïku »

Observons nos valeureux parlementeurs

Qui font semblant de sortir de leur torpeur

En décidant de se mettre enfin à l’honneur

Afin de mettre un terme à tous nos malheurs

                                                     SHM av