Montréal

Nouvelles

Les avons-nous traités, comme ils le méritaient.

21-06-2018

Les avons-nous traités, comme ils le méritaient.


Éric EG Nogard

Chroniqueur.

***     ***     ***

 

Les avons-nous traités, comme ils le méritaient.

Venant de qui est parfaitement en droit de demander des Comptes à qui décide de son destin de façon si Régalienne en même temps qu’Anachronique.

F1 : Hier, c’était pour du Pain.

Car, n’est-il pas anachronique, voire incongru, qu’en République, si haut perché soit-on, on soit amené, par quelle faim, par quelle soif ou par quelle valeur intrinsèque ou ajoutée à revendiquer des Titres jetés aux Orties par le Peuple, en sa Révolution de 1789.

Venant de Jeunes Étudiants que leur image prise sur le vif, ne donne, ni pour des brutes, ni pour des cancres, ni pour des disgraciés animés de quelqu’intention méchante ou de quelqu’esprit mauvais.

F2 : Est-ce bien là la question qui nous préoccupe tant.

Qu’on soit copain ou pas.

Venant, selon le « Cri d’Alarme », de jeunes ouverts, souriants, confiants, empreints de Loyauté, de Fair-play et désireux de s’informer – autrement pourquoi seraient-ils là – auprès du Mandataire de la Nation, de choses qui les Concernent, ce qui est Légitime et Responsable… ne sont-ils pas la France de demain.

Un Mandataire qui, selon l’image, a toute les apparences d’avoir leur confiance comme leur sympathie… alors, pour quelle insignifiance semblable réticence, semblables préventions.

Venant de qui on sait, quelle suspicion, quelle anathème peut-on jeter sur l’aimable et franc « Manu » dont notre Président a eu le privilège, lors de la Commémoration au Mont-valérien de cet appel du 18 Juin dont l’Histoire n’a jamais pu confirmer les Lettres de Noblesse.

Un 18 Juin dont le « Ça va Manu » fleure bon la République, l’Esprit Estudiantin comme la Volonté de la France de faire peau-neuve en jouant carte sur table et sans rien galvauder.

Un 18 juin dont le « ça va Manu » n’a point l’Esprit qu’on lui prête pour discréditer la jeunesse Française, le seul espoir de la France, son dernier Recours peut-être.

Un 18 Juin qui devrait nous rappeler que nous avons trop vite fait de reléguer dans l’armoire aux bagatelles la Rencontre du 12 Juin 2018 qui l’a juste précédé sans nous interpeller hélas comme cela se devrait.

F3 : Le 12 Juin 2018 de deux des Dirigeants dont nous n’avons pas à rougir, autrement que de fierté.

        Le 18 Juin 2018 du « Ça va Manu » ;

        Le 12 Juin 2018 de Donald TRUMP et Kim JONG-UN.

Les avons-nous traités comme ils le méritaient quand l’un et l’autre nous mettent en garde contre le même danger, géniteur des pires calamités qu’on puisse faire pleuvoir sur les Peuples : la ruine de la Foi, de l’Économie, de l’École, de la Famille, de l’Héritage National, sans parler d’un Exode inéluctable et d’une Apocalypse sans merci.

Éric EG Nogard

Chroniqueur.

 

 

***     ***     ***

 

Ne Peut être reproduit – même partiellement -  sans l’autorisation de l’Auteur.

 

***     ***     ***

Nota : Nous ne traitons que de Faits et de Noms rendus Publics.

 

***     ***     ***

Liens Suggérés :