Montréal

Nouvelles

Du Prince ou du Sujet, qui était « aux Affaires »

16-06-2018

Du Prince ou du Sujet, qui était « aux Affaires ».    


Éric EG Nogard

Chroniqueur.

***     ***     ***

***     ***     ***



Du Prince ou du Sujet, qui était « aux Affaires ».

Depuis sa sortie des Choux et pour peu qu’on se rappelle.

Depuis qu’est venue au Monde notre Cinquième République dont monsieur MACRON est aujourd’hui le JUPITER…

F1 : Le Génie Français aurait-il muté, tout simplement.

Qui, du Prince ou de ses Sujets, a eu en main les rênes des Affaires de l’État, comme Tonton François, le MITTERRAND bien sûr, aimait tant à le dire.

Et depuis l’avènement de cette Cinquième République, qui d’autre que le Chef de l’État Français, que tambour battant ou qu’en tapinois, a autant traité les Français comme s’ils étaient moins capables que les animaux de basse-cour, de gérer le peu de grain qu’on leur jette en manière de charité.

Le Génie Créateur des Français ayant migré, pourrait-on croire, sauf à se dire qu’il a changé de Spécialité… de Spécificité, de peur de reconnaître le sort qu’on lui a fait.

F2 : Tout comme la Couronne de France.

Et, depuis l’avènement de cette Cinquième République, qui d’autre que le Chef de l’État Français, que tambours battant, qu’en tapinois, aura autant « encadré » le cerveau et la main du Français comme aucune Maîtresse de jadis n’aura guidé celle du potache en classe d’apprentissage de l’Écriture.

Et c’est ainsi que, une à une, les barriques ont chaviré cul en l’air et la clé sous la porte, faisant une nécessité d’un Assistanat never known before et si propre à la venue des Vautours si prompts à offrir leur « Dévotion » dans le geste du semeur… du Grain Public, aux nécessiteux de plus en plus nombreux, de plus en plus démunis, de plus en plus infantilisés… et enfin Culpabilisés, rendus Responsables de Crimes commis par d’autres toujours Protégés par le Sursis dans l’Application de leur Condamnation.

L’État s’en trouve gangrené, son cocher en quête de Coupables s’insurge, se réfugiant derrière des « ONS » d’une Loyauté Approximative… notons que nul n’a cherché à le faire avant lui, et pour cause, il fallait de l’audace et il n’en manque pas… ce qui n’a guère été le cas avant lui.

Et le voilà en quête de Coupables… Orléans, Beaugency, notre Dame de Clery… prenez garde à Vous… Vous pourriez payer pour les autres, dans la Chasse aux Filous qui s’annonce.

Il n’y a ni meilleure écrevisse, ni meilleure anguille qu’un Filou pour vous glisser entre les doigts.

F3 : Qui donc serait ce « ON ».

Quels « ONS » ne s’en sortent pas dans cette pêche en eau trouble.

                  « Notre Système Social n’est pas bon…

                  On y met trop de pognon…

                  On déresponsabilise…

                  On est dans le Curatif…

                  On a foutu le pays dans une Sacré Panade… »   

En Somme, ON, On, on…mais qui serait ce ON, d’où viendrait tout le Mal, Monsieur le Président, et dont vous venez de Juger la Copie.

F4 : Fichez le « ON » !

Qui du Prince ou de ses Sujets serait le Cocher à qui la diligence doit aujourd’hui de se trouver les fers en l’air, tout au fond du fossé… et pour quelles Carences, et pour combien de temps.

F5 : … et le pain… pas le vin,

Et surtout pas le vin,

On peu s’en procurer… Faut être Responsable !

Dès-lors, qui du Prince ou de ses Sujets doit se retrousser les manches pour remettre la France sur les rails qui ont fait sa gloire et sa Légende… le Génie et l’Effort des Français.

Alors,

Dites seulement qui est ce « On » qui la Naufrage…

Et la France sera guérie.

Les Français s’y engagent…

Monsieur le Président.

Éric EG Nogard

Chroniqueur.

 

***     ***     ***

Ne Peut être reproduit – même partiellement -  sans l’autorisation de l’Auteur.

 

***     ***     ***

Nota : Nous ne traitons que de Faits et de Noms rendus Publics.

 

***     ***     ***

Liens Suggérés :