Montréal

Nouvelles

Condamnés à nous battre, pour le peu qu’il nous reste.

04-04-2018

Condamnés à nous battre, pour le peu qu’il nous reste.

 

« Quand le dernier arbre sera abattu,

La dernière rivière empoisonnée,

Le dernier poisson capturé,

Alors le visage pâle s’apercevra

Que l’argent ne se mange pas… »

 

Sitting-Bull (1831-1890).


 Éric EG Nogard

Chroniqueur.



***     ***     ***



 

Condamnés à nous battre, pour le peu qu’il nous reste.

F1 : Parole de « Sauvage »…

Ou Prophétie d’un Sage.

C’est bien édulcorer que de dire pour nous battre.

Des chiens qui s’entr’égorgent pour un os qui n’a plus ni moelle ni périoste, se battent-ils, et pour quoi, dans leur férocité.

 

F2 : Nous avons tout détruit pour satisfaire à quoi.

C’est bien mal-estimer que de parler du peu qu’il nous reste, car que nous reste-t-il.

Finie la chasse aux papillons, finie la pêche aux carpillons, finis, les vers de terre eux-mêmes, il ne nous reste plus rien qui ne soit artifice.

N’avons-nous pas tout pris aux autres espèces vivantes, faisant que, une à une, elles ont dû disparaître de la surface de la terre… Qu’en est-il aujourd’hui de la Bio-Diversité dont nous fûmes les insatiables et maléfiques Jouisseurs.

F3 : Ne laissant que désolation à ceux qui viennent.

C’est bien nous illusionner que de nous figurer que nous en avons encore pour longtemps du peu qu’il reste de la Corne d’abondance reçue en héritage de notre Créateur.

N’avons-nous pas tout dévoré, tout saccagé, croyant pouvoir tout recréer à notre façon, même des semblables à notre Contrefaçons, dans une Nature que nous voulons sans créateur, donc sans Dieu qui ne soit Nous et Notre Vanité.

F4 : De l’Or, de l’Or… toujours de l’Or !..

Nous en sommes aujourd’hui aux incantations et autres patenôtres pour un Miracle que nous pouvons toujours espérer quand rien de nos Appétits ne consent à la modération de notre Cruauté, dans notre Voracité d’Homo-Sapiens ou de Roseau Pensant.

F5 : Beau dialogue que celui de la faim et des Roseaux Pensants.

Du Génie, Oui ! Mais à quoi bon ce génie.

A quoi nous Conduit-il quand il nous Confie à ces Intelligences Artificielles pour qui l’Humanité n’est certes pas un souci majeur, comparée aux Tiroirs-caisses jamais rassasiés, jamais repus.

 

F6 : Is this a helping hand

Or a deceiving one.

Se choisir comme Leader plus aveugle que soi.

Se choisir à défaut, qui n’a ni âme ni conscience.

Et applaudir aux incantations que l’on sait assez trompeuses pour ne plus tromper personne.

On applaudit quand même… Réflexe conditionné.

Et puis le bateau coule, maintenant à vue d’œil.

Les Experts s’en émeuvent, ou le feignent bien sûr.

F7 : Trop c’est trop !

Qu’attendez-vous pour vous faire une raison.

Trop de bouches à nourrir, personne ne veut y croire.

Trop de bouches à nourrir, cela fait trop de dents.

Trop de dents pour un os, sans moelle ni périoste.

Trop de Crocs pour un os qui n’en est plus un.

Trop de Chiens qui s’entre égorgent en vain.

La Terre se meurt du seuil largement dépassé des bouches à nourrir au profit des Tiroirs-Caisses qui ne tarderont pas à se faire une raison.

Arrêtons de faire de l’Homme un animal ou de Cirque ou d’Élevage pour un bien vain Profit.

Éric EG Nogard

Chroniqueur.

 

***     ***     ***

 

Ne Peut être reproduit – même partiellement -  sans l’autorisation de l’Auteur.

 

***     ***     ***

Nota : Nous ne traitons que de Faits et de Noms rendus Publics.

 

***     ***     ***

Liens Suggérés :