Montréal

Nouvelles

Plainte en vertu de la procédure 1503 – partie 10-

11-03-2010

Plainte en vertu de la procédure 1503 :

Violations systématiques des droits de l’homme par le parti communiste et la république socialiste du Vietnam

 

 

 

Mouvement des Droits de l’homme et de la démocratie au Viêt Nam : Porte parole:  Me Lam Chan Tho

500 Place d’Armes bur 2100 MTL QUÉ. Canada H2Y 2W2

(Partie 10)

Département de l’Education et de Formation  N° : 2069/GĐDT-VP

Sujet : Renforcement des activités pour assurer la sécurité, l’ordre et la paix sociale.
Urgent !!!
Aux :

– Chefs de Bureau d’Education et de Formation des districts;

– Directeurs des Ecoles Secondaires, des Ecoles d’Etudes Supérieures, des Ecoles Professionnelles.
Profitant des troubles causés par un certain nombre de catholiques au n° 178 rue Nguyen Luong Bang (Hanoï), un certain nombres de mauvais éléments ont tramé d’inciter les jeunes, les écoliers et les étudiants à se rassembler illégalement. Pour bien assurer l’état de sécurité et l’ordre social, le Département d’Education et de Formation propose aux chefs d’établissements de continuer à bien réaliser les directives  suivantes :

1/ Continuer à bien appliquer les directives mentionnées dans les circulaires N° 1902/GĐDT-VP, du 8 septembre 2008 et N° 1945/GĐT-VP du 11 septembre 2008 du Département d’Education et de Formation.

2/ Interdire formellement les écoliers et étudiants de se rassembler pour manifester ou d’avoir d’autres activités violant la loi. Si jamais ces événements se dérouleraient, il est demandé aux chefs d’établissements de résoudre en personne et sur place les problèmes liés à l’établissement et de faire parvenir immédiatement un rapport au Département d’Education et de Formation.

Organiser des équipes de permanence pour être prêt à l’action de coordination lorsque les événements surviennent (attention particulière aux soirées du 24 au 28 septembre 2008)

Le Département et de Formation demande aux chefs d’établissement d’appiquer sérieusement ces directives.
Pour de Directeur
Directeur-Adjoint
Nguyen Van Ngai



Septième cas : L’Etat Terroriste

Vers 23H30 du 21 septembre 2008, un groupe composé de policiers mobiles, d’agents du service d’ordre, de milices et des membres de la sécurité sont venus créer le trouble au monastère des Rédemptoristes et l’église de Thai Ha. On dénombre pas moins de 500 personnes. Ils ont assiégé le monastère. Plusieurs paroissiens étaient battus. Les prêtres ont dû demander aux fidèles de rentrer chez eux. Les forces gouvernementales ont durement réprimé l’assemblée. Tout le quartier était privé de réseau téléphonique mobile car les autorités ont fait venir des voitures de brouillage des ondes.

Ces gens en pénétrant dans l’enceinte du terrain sacré ont tout détruit sur leur passage, à savoir les tentes des fidèles, et ont battus les vieilles persones qui gardent ces tentes. Une vieille dame est grièvement blessée. Ils sont aussi venus causer des dégats à la chapelle de Saint Gérard malgré la présence d’une importante force de police de sécurité. Les habitants des environs du temple ont pris la fuite. Tout le quartier était en ébullition.

Après, ils se sont regroupés devant l’église de Thai Ha en criant « A mort ! A mort ! A mort Kiet, A mort Phung » (Kiet : l’archévêque de Hanoi Ngo Quang Kiet – Phung : Le père supérieur des Rédemptoristes de Hanoi Vu Khoi Phung). Ils ont ensuite forcé le portail de l’église et pénétré à l’intérieur tout en lançant des pierre sur les catholiques en prière. Les moines rédemptoristes devaient se barricader dans leur monastère. La police mobile ainsi que la sécurité de Dong Da présentes ne sont pas intervenues et se sont comportées en spectateurs devant la bande de casseurs.

 

Les casseurs mobilisés par les autorités pour terroriser les paroissiens et les prêtres de Thai ha