Montréal

Nouvelles

 Notes de lecture (partie 2 de 2) sur le livre  « Covid-19 enquête sur un virus » de Philippe Aymar

20-07-2021

               Notes de lecture (partie 2 de 2) sur le livre
                       «
 Covid-19 enquête sur un virus » de Philippe Aymar


rédigée par Marc Dévarieux

Simulation de pandémie « Event 201 ». Elle se déroule à New-York le 18/10/2019. Il s’agit pour les organisateurs de mettre en place un processus permettant de faire face à une subite pandémie mortelle, en anticipant notamment les éléments susceptibles de contrarier les efforts de gestion de cette pandémie

  • 1e particularité, cette simulation n’est pas organisée par les autorités sanitaires, les services d’urgence ou les autorités politiques. Elle l’est par le « Johns Hopkins Center », la fondation Bill et Mélinda Gates et Klaus Schwab, le directeur du « World Economic Forum de Davos ». Ce sont eux qui ont choisi les invités (voir p. 76 et suiv.). Des laboratoires pharmaceutiques sont présents,mais quasiment aucun homme d’État, aucun responsable de services sanitaires ni de sécurité.

  • 2e particularité, le scénario de l’exercice. Une épidémie se répand dans le monde à partir d’un élevage de porcs au Brésil et provoque la mort de 25.000 personnes en 1 mois, de 660.000 en 3 mois. Selon le scénario, cette pandémie crée une crise économique mondiale, paralysant notamment le trafic aérien (p. 222). Ensuite, la désinformation sape les efforts pour contrôler la pandémie, et contraint à « contrôler l’information au niveau gouvernemental, éditorial, et si nécessaire, couper le flux d’information (p. 88) . Quelques mois plus tard, Andrew Pattinson responsable des opérations digitales pour l’OMS s’était rendu à Mento Park en Californie pour convaincre Facebook, Google, Uber, Twitter et Instagram et signer des accords afin de contrôler les informations circulant sur les réseaux sociaux qui iraient à l’encontre du vaccin. Un porte-parole de Facebook sera amené à expliquer la suppression d’une vidéo de MÉDECINS, relayée par Trump en expliquant : nous avons supprimé cette vidéo car elle donnait de fausses informations sur les remèdes et les traitements du covid-19. (p. 88).

  • 3e particularité : le même jour, 18/10/2019 s’ouvrait à Wuhan les jeux olympiques militaires au cours desquels et après lesquels, nombre de participants repartis dans leurs pays respectifs vont développer le Covid, et le transmettre autour d’eux, dans le silence complet des médias et des autorités. L’auteur relève nombre de témoignages de participants malades pendant ou après les jeux (p. 89 et suiv.). Cinq d’entre eux devront être hospitalisés à Wuhan dont l’hôpital déclarera qu’ils avaient attrapé le paludisme (p. 90). Contexte idéal pour diffuser une épidémie, quelle qu’en soit l’origine (Chine ou autre) : concentrations de personnes arrivant de nombreux pays, circulant dans toute la ville en touristes et vivant professionnellement en milieu collectif à leur retour.

  • 4e particularité : Série Netflix (4 épisodes) Commercialisée en même temps que l’épidémie démarre. Le script : une épidémie se déclare dans un élevage porcin au Brésil et se répand à travers le monde tuant les gens par millions. Après les rebondissements habituels, l’humanité est sauvée par… un vaccin ! Sachant que la réalisation d’une série nécessite un temps de préparation incompressible (minimum 1 an), que cette série apparaît à un moment où les gens confinés chez eux n’ont d’autre alternative que regarder la TV et les séries Voilà une bonne mise en condition pour la vaccination.

VACCINATION !

C’est LE projet, tant pour l’OMS, que l’UE. Il faut que TOUT le monde soit vacciné, et le projet est antérieur à la pandémie. L’OMS estime le marché des vaccins à 100 milliards de $ pour l’année 2025. (p. 246).

Dès 2018, l’UE prévoit d’imposer un passeport de vaccination à ses 500 millions de citoyens.
En 2019, 5 mois avant les JO militaires de Wuhan, un rapport de l’UE traite du vaccin européen et du
passeport : «Commission Proposal for a Common Vaccination Card by 2022». (p. 247)

Rapport suivi d’une grande réunion « Global Vaccination Summit le 12/09/2019 (p. 166 et p. 247)

Selon la feuille de route de Bruxelles cette obligation devra être imposée dans tous les pays en 2023 et il sera impossible de se rendre dans un lieu public, de prendre le TGV ou un avion sans cette nouvelle carte d’identité qui comprendra également le carnet de vaccination. (p. 251)

L’auteur relève l’article suivant dans le journal Le Monde du 19/12/2019 : « Le Kenya et le Malawi, zones test pour un carnet de vaccination injecté sous la peau » (p. 250)

2020, Tony Blair (qui a reçu de B Gates 3,4 millions de $ pour son Institute for global change) demande publiquement une nouvelle carte d’identité digitale lors de la conférence « CogX Technology » afin que les gens puissent montrer leur statut vaccinal (p. 251)

Bill Gates  apparaît partout :

  • avant la pandémie, dans des opérations de vaccination dans les pays du tiers monde ;

  • en 2017 il reçoit avec sa femme, de F Hollande, la plus haute distinction « commandeur de la légion d’honneur » (p. 253) ;

  • dans l’organisation de la réunion à NY, pour simuler l’apparition et la gestion d’une pandémie ;

  • pendant l’épidémie, où il rencontre officiellement des chefs d’État (B Johnson p. 243) ;

  • dans le financement des journaux (ex. Le Monde notamment a reçu plus de 4 millions de $ depuis 2014 dont plus de 2 millions en 2019 (p. 210) ;

  • dans les subventions et les investissements dans les laboratoires pharmaceutiques pour la fabrication de vaccins ;

  • dans une série à sa gloire sur Netflix.

Origine du covid : virus naturel ou création humaine…Une année de censure par les réseaux sociaux et par la presse aux ordres pour admettre in fine que le Covid pourrait avoir été créé en laboratoire.