Montréal

Nouvelles

Pouvions-nous être immunisé « dès la première vague »?

25-04-2020

Pouvions-nous être immunisé « dès la première vague »?

Par Christian Martin

Déconfinement progressif envisagé par la France et le Québec.

Au regard de la chloroquine, les deux gouvernements refusent de valider ce médicament, qui existe et est utilisé depuis des décennies.

*

Il est vrai que bien des médecins occidentaux ne connaissent les maladies tropicales entre autres le paludisme qu’à travers des manuels, n’ayant sans doute guère eu à les soigner. Les détracteurs de la chloroquine se justifient en évoquant les éventuels effets secondaires du médicament. Pourtant les effets secondaires sont eux aussi connus depuis des décennies. Les médecins, de tout temps, prescrivaient la quinine en toute connaissance de cause en assurant le suivi de leurs patients.

*

Cette attitude des critiqueux est une insulte aux médecins généralistes qui se dévouent en permanence sur le terrain de la santé avec souvent peu de moyens. Ils sont les gardiens de première ligne des citoyens. N’ont-ils pas signé le serment d’Hippocrate? N’ont ils pas toujours répondu à l’appel des citoyens?

*

Aujourd’hui un rebondissement notoire :

L’armée française a-t-elle reçu des barils de chloroquine? https://www.liberation.fr/

« Le ministère des Armées a réalisé des achats de précaution de phosphate de chloroquine, dans l’hypothèse où le traitement contre le Covid-19 à l’hydroxy-chloroquine viendrait à être validé

*

L’armée française a reconnu sur France Inter que l’information était réelle mais que c’était à titre préventif.

*

«Pour éviter une seconde vague de l’épidémie, les Québécois doivent sortir graduellement de leur confinement pour s’immuniser contre la COVID-19. Le Québec doit absolument immuniser davantage sa population au virus d’ici la rentrée de septembre pour éviter une deuxième vague de la COVID-19 aussi pire que la première, a expliqué le premier ministre du Québec jeudi.»

*

Avons-nous été pris dans la spirale de panique de nos élus face à une situation qui les dépassait ? Pourquoi, les critiqueux ont-ils refusé de traiter les patients dès les premiers symptômes, permettant ainsi l’aggravation de l’état des malades, ce qui a conduit à accroître le sentiment d’insécurité des citoyens et à traumatiser toute une population, exacerbant une anxiété généralisée.

Quand le Premier Ministre du Québec  déclare  «les Québécois doivent sortir graduellement de leur confinement pour s’immuniser contre la COVID-19 », la question qui se pose est la suivante:

Pourquoi ne pouvions nous pas, automatiquement être immunisé dès la première (dite) «vague»? De prime abord, les décideurs ont opté pour un confinement général qui a déjà de graves conséquences sur l’économie mondiale. Qui va devoir payer la note est-ce le contribuable?

La Suède tout d’un coup est-elle devenue le modèle à suivre?

Je me permets ici de reprendre la conclusion du Dr Robert Zamore, de son texte ci-joint, concernant: L’Énigme Covid-19

«Il reste tout de même troublant qu’un virus qui épargne 90% d’entre nous, en dehors de toute intervention, ai pu provoquer autant de dégâts collatéraux en si peu de temps» 

Toutefois l’espoir du taitement  renait et pourrait renforcer la décision du déconfinement;



https://infodujour.fr/sante/33596-covid-19-et-si-tout-le-monde-setait-trompe

«Des médecins à New-York, à Bologne, à Grenoble et ailleurs constatent chez leurs patients que le Covid-19 provoqué par le virus SARS-CoV2 ne crée pas de SDRA (Syndrome de Détresse respiratoire Aigu), mais un trouble hypoxémique d’origine vasculaire (un manque d’oxygène dans le sang d’origine vasculaire par thrombo-embolies diffuses, autrement dit des « caillots » dans les vaisseaux).

**

Si tel était bien le cas, il faudrait admettre que « les intubations sont inutiles, puisqu’il faut d’abord dissoudre ou prévenir les thrombo-embolies ». En effet, il est inutile de ventiler un poumon si le sang n’arrive pas au poumon. Neuf personnes ventilées sur dix meurent d’après le Pr Giannini, car le problème est cardio-vasculaire et non pulmonaire. Ils prescrivent de l’azithromycine du Zinc et anti inflammatoire.(Voir lien cité ci-dessus)»

**

Le déconfinement envisagé est basé sur des statistiques comparatives évolutives des cas en cours et des décès qui pèsent lourd dans la balance de prises des décisions.

Je ne peux produire pour le moment que les chiffres du Québec ci-dessous. Évidement, il y a le taux global de mortalité et celui provoqué par le virus

Au regard du Québec, il y a une stabilisation des chiffres.

 

21 838

cas confirmés

1 243

décès

1 411

hospitalisations

207

aux soins intensifs

4 484

rétablis

3 007

en investigation