Montréal

Nouvelles

Un Traité n’est guère plus qu’une Langue Fourchue.

10-01-2018

Un Traité n’est guère plus qu’une Langue Fourchue.

 

Éric EG Nogard

Chroniqueur.

***     ***     ***



 

 

Un Traité n’est guère plus qu’une Langue Fourchue.

 

 

F1 : Michel FRANKLAND

« Pour en finir avec la Question Amérindienne ».

 

 

« Mais diront certains, nous avons signé un Traité avec… Sommes-nous des Gens si Cupides que nous dérogerions à un Traité que nous avons signé ? »

Extrait de la Chronique « Pour en finir avec la Question Amérindienne » par Michel FRANKLAND, Québécois.

C’est qu’il y a Traités et Traités, les Tribunaux et les Guerres n’en auraient-ils pas assez dit sur leur Aloi dès-lors qu’ils sont la seule alternative laissée par le plus fort, au plus faible, dépouillé de ses Biens et Moyens de Défense, de même qu’Impuissant face au Nombre, au Pouvoir Destructeur des Armes Adverses : Que pouvait un Tomahawk contre une Carabine ou un Colt.

Qu’ils se soient vus dénommer Accord, Charte, Convention, que par la Coquetterie des Uns, que par la Fantaisie des Autres, les Traités ne sont-ils pas tous des Actes Réputés de Notoriété Publique dont la Lame à deux Tranchants ne laisse guère que cette alternative au plus faible, se Soumettre ou Mourir.

F2 : Signature du Traité de Paix de Montréal.

Ont Paraphé, donc y ont « Consenti » ceux qui n’y ont rien compris de sa Littérature, pour ne savoir ni lire, ni écrire dans une Langue qu’ils ne maîtrisaient pas ou ne connaissaient pas.

C’est qu’il y a Traités et Traités, tous les États et tous les Peuples croyant y trouver Impartialité et Justice, alors qu’ils sont souvent la Forme la plus Pernicieuse de la Domination de l’Homme sur son Prochain, la Forme d’Humanisme la plus propre à anéantir ceux dont on ne veut pas.

La Reconnaissance des Droits de l’Homme et du Citoyen n’a-t-elle pas fait l’objet d’un Traité Universel Transgressé chaque jour par la Félonie de ceux dont on se doute le moins, à l’ombre de l’Indifférence Générale, pourrait-on dire.

Le Traité sur les Armes Nucléaires ne serait-il pas un Traité conférant à certains États le Droit inouï de les Produire et de les Détenir, ce même Droit étant Refusé à des Pays dits ou Frères, ou Amis, au prétexte des Dangers de la dissémination des Armes Nucléaire.

Ainsi, de tous les États Européens qui se disent Frères-Unis, combien d’entre eux sont détenteurs ou peuvent détenir une Arme Nucléaire.

En fait, qu’est-ce qu’un Traité, et que ne peut-il être, à quoi peut-il servir et qui peut-il servir, comme cherche à nous le montrer chaque jour de la Vie.

Et en fait, pourquoi le Canada serait-il assez sage pour préférer la Signature parfaitement lisible – ce à quoi nous avons applaudi des deux mains – alors que la paraphe illisible est l’apanage des documents Officiels de certains États : une forme de dissimulation on ne peut plus favorable aux Forbans assoiffés d’anonymat dans la rédaction comme dans la paternité du moindre de leurs Traités ou de leurs Actes.

C’est que le Canada sait mieux que quelqu’autre Pays.

C’est que le Canadien sait mieux que quelqu’autre Citoyen qu’il y a Traités et Traités.

Les Acadiens en savent quelque chose, depuis leur Traité avec le King George Roi des SHRIMPS qui fit d’eux les CAJUNS assez « Cupides et Irresponsables » pour préférer fuir la Société de certains pour vivre dans les Bayous parmi les caïmans, les serpents, les moustiques et autres miasmes et inondations du Bas Mississippi.

C’est que le CANADA sait fort bien qu’il y a Traités et Traités…

He knows very well too, how defeasible they are…

 

That’s a matter of TIME.

F3 : Any Government that is capable of giving you everithing you need is also powerful enough to take away everything you have.

Everything you have, your Amerindian Dignity took Apart.

« En tout cas, nous le savons assez au « Cri d’Alarme » pour en avoir éprouvés de pires que les Mâchoires de Caïmans, les Crocs de Bêtes Venimeuses au plus haut point, sans compter les Avanies des Humanistes de Métier. »

Nous le savons assez pour être en « Refus de Signature pour Octroi de Pension de Retraite » sur un Traité demeuré Muet sur ce qu’il nous doit, et Sourd sur ce qu’il nous réserve.

Un Traité n’est guère plus, bien souvent, que Venin ou Mouse Trap, mais hélas, peut-on toujours le refuser ou le contourner quand on n’y comprend pas un mot, et peut-on refuser de s’y soumettre sans être Coupable d’assez de « Cupidité » et d’ « Irresponsabilité » pour encourir l’Excommunication qu’implique la Relégation en Réserve, et la Peine de Mort par Abandon sur le Trottoir… par Traité Politico-Administrativo-Judiciaire.

 

Il y a Traités et Traités.

 

Éric EG Nogard

Chroniqueur.

 

 

***     ***     ***

Ne Peut être reproduit – même partiellement -  sans l’autorisation de l’Auteur.

 

***     ***     ***

Nota : Nous ne traitons que de Faits et de Noms rendus Publics.

 

***     ***     ***

Liens Suggérés :